Home / Actu Afrique / Algérie : Natixis lance la première banque mobile dans le pays

Algérie : Natixis lance la première banque mobile dans le pays


Présente depuis 1998 dans le pays, où elle fut la première banque française à s’implanter, Natixis y emploie plus de 800 personnes et servait jusqu’à présent la clientèle d’entreprises (grandes et petites, professionnels), rappelle le journal spécialisé dans les questions économiques.

« Nous souhaitions depuis quelques années nous développer dans la banque de détail. Nous vivons des dépôts de nos clients et le « retail » permet d’équilibrer notre modèle purement corporate »,explique Boris Joseph, le directeur général de Natixis Algérie à La Tribune. « Notre marque n’étant  pas très visible et notre réseau de taille modeste, avec 28 agences et centres d’affaires, nous avons décidé de basculer vers la banque mobile. »

Gratuite, l’application Banxy, disponible sur iPhone et Android, permet d’ouvrir un compte entièrement depuis son smartphone : les documents d’identification sont vérifiés au travers d’une vidéoconférence sécurisée par un conseiller clientèle de Natixis Algérie. Le compte n’est cependant activé qu’après vérification du dossier physique par la banque.

Outre l’ouverture de compte 100% à distance, Banxy offre toute une série de fonctions à piloter depuis son smartphone, comme chez les meilleures néobanques européennes, et pour cause : la solution technologique est celle de la startup allemande Fidor, rachetée par BPCE à l’été 2016, explique l’auteur de l’article

Banxy propose aussi le virement instantané par téléphone entre particuliers (uniquement entre clients de Natixis), le solde mis à jour en temps réel, la modification du plafond de la carte en temps réel ou le blocage de celle-ci, et des fonctions n’existant pas en Algérie comme le virement programmé, ainsi que l’historique de relevés de comptes sur six mois (payant chez les autres banques). Son modèle de néobanque mobile lui permet d’afficher des tarifs plus bas que le marché :

« Nous nous distinguons de la concurrence par la carte gratuite et les retraits gratuits hors réseau [facturés entre 30 et 200 dinars, soit 0,15 à 1,5 euro ailleurs]. La commission de gestion de comptes est dans la moyenne du marché, à 3.000 dinars par an [environ 18 euros] » nous détaille Julien Jolivet, le directeur de l’exploitation « retail » Natixis Algérie.

« Notre cible, ce sont les jeunes urbains connectés, les Millenials, très demandeurs de ce type de solutions qu’ils connaissent par les médias français. Nous espérons aussi que cette innovation s’étende par effet de contagion à notre clientèle naturelle d’entreprises pour leurs enfants, leur entourage. », poursuit Julien Jolivet dans sa réponse à la Tribune.

 
Par Djamil Mesrer| 28 Avril 2018 | 14:51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *