Les entreprises vont investir massivement dans les technologies d’IA et les systèmes cognitif. En 2018, les dépenses dans ces systèmes devraient atteindre $19Mds en croissance de 54 % par rapport à 2017 et poursuivre à un rythme comparable (46 %) jusqu’en 2021 pour dépasser les 50 milliards de dollars. Rappelons par exemple pour donner un ordre de grandeur, que le marché des serveurs en 2017 s’établie à 58 milliards de dollars.

C’est ce qu’indique une étude que vient de publier le cabinet IDC qui confirme l’étude publiée récemment par Tata Communications Services indiquant que les entreprises françaises sont prêtes à investir dans ces technologies.

Selon cette étude, une entreprise sur deux est sensible aux enjeux d’intelligence artificielle. Parmi celles-ci, 36% utilisent déjà l’IA et 16% ont actuellement des projets de mise en place d’ici 1 à 3 ans. Dans le détail, 26% des entreprises ont déjà déployé des solutions d’intelligence artificielle dans le domaine de l’informatique, 22% dans le domaine de la Relation Clients, et 21% dans le domaine de la R&D (Les entreprises françaises sont prêtes à investir dans l’IA).

« L’intérêt pour l’intelligence artificielle évolue très rapidement : chaque entreprise devrait évaluer les effets de IA sur ses processus d’affaires et son efficacité », considère David Schubmehl, directeur de recherche, Intelligence cognitive et IA chez IDC. Le cabinet estime que d’ici 2019, 40% des initiatives de transformation numérique utiliseront les services d’IA et d’ici à 2021, 75% des applications d’entreprise utiliseront l’IA.


IA tous azimuts

Le sujet de l’IA suscite un intérêt croissant dans de nombreuses institutions. Parallèlement au rapport attendu de Cédric Villani qui s’articulera autour de six grands axes (l’impact sur l’emploi, l’écologie, l’éthique, la recherche, la politique industrielle et l’enjeu des données), l’Académie des technologies doit, elle aussi, publier un rapport en avril prochain. De son côté, le Collège de France, organise jeudi une journée de débats sur le thème de

l’IA, de ses opportunités et de ses enjeux. En décembre dernier, plus de 100 personnalités du domaine se sont regroupés au sein du Hub France IA, qui vise à  créer une filière française et européenne de l’IA.

Plateforme d’échanges, de réflexion et d’action autour de l’IA, ce hub fédère tous les acteurs de l’IA : grands groupes, ETI, PME startups, ONG, écoles et universités, instituts de recherche, associations savantes, pôles de compétitivité… Le Hub compte parmi ses membres fondateurs sept grands groupes : SNCF, Air Liquide, Air France, France Télévisions, Société Générale, La Banque Postale et Leonard-Vinci, ainsi que l’institut de recherche System X. Le CEA soutient également l’initiative, qu’elle a par ailleurs inspirée dès la fin du rapport France IA, en relayant l’intérêt des grands groupes français.


Le commerce de détail dépassera le secteur bancaire en 2018 en termes de dépenses cognitives / IA. Les détaillants investiront 3,4 milliards de dollars dans divers cas d’utilisation de l’IA, y compris des agents de service à la clientèle automatisés, des experts-conseils en matière de magasinage et des recommandations de produits…

Une grande partie des 3,3 milliards de dollars dépensés par le secteur bancaire ira à des systèmes automatisés de détection et de prévention des menaces, d’analyse et d’enquête sur la fraude, ainsi qu’à des conseillers de programme et à des systèmes de recommandation.

Vient ensuite les industries de fabrication discrète pour des applications de maintenance préventive et les systèmes d’enquête et de recommandation de la gestion de la qualité. Les fournisseurs de soins de santé, consacrera la majeure partie de leurs investissements ($1,7 Mds) aux systèmes de diagnostic et de traitement.

Les cas d’utilisation les plus fréquents en 2018 sont les suivants: agents du service à la clientèle automatisés (2,4 milliards de dollars) avec des investissements importants dans les secteurs de la vente au détail et des télécommunications ; des systèmes automatisés de détection et de prévention des menaces, les secteurs de la banque, des services publics et des télécommunications étant les plus importants ; et la recommandation de processus de vente et l’automatisation dans la distribution et les médias.

Sur le plan géographique, les États-Unis réaliseront plus des trois quarts de toutes les dépenses consacrées aux systèmes cognitifs / IA en 2018, surtout dans les secteurs de la vente au détail et de la banque. L’Europe de l’Ouest vient en deuxième, tirée par le commerce de détail, la fabrication discrète et la banque.