Home / Actu Afrique / TOGO : Semoa Group veut devenir d’ici deux ans, le PayPal de l’Afrique

TOGO : Semoa Group veut devenir d’ici deux ans, le PayPal de l’Afrique


(Togo First) – Le 25 janvier 2018 à Casablanca, la plateforme de promotion des startups, startup Info décernait à Semoa Togo, la jeune pousse togolaise spécialisée dans les solutions de paiement en espèces via des outils digitaux, le prix « Fintech Africa of the Year 2018 ». Derrière cette consécration qui marque un autre virage dans l’aventure Semoa, ce sont les efforts d’Edem Adjamagbo et sa bande qui sont couronnés.

L’ingénieur en Business Intelligence, CEO et Founder de Semoa Group semble surfer sur une vision marquée du service mobile en Afrique. Le message est, on ne peut plus clair : insuffler une nouvelle dynamique à l’inclusion financière en Afrique subsaharienne en s’appuyant sur les technologies d’aujourd’hui et de demain.

Edem Adjamagbo, CEO de Semoa Group : « Notre objectif affiché est de devenir d’ici deux ans, le PayPal de l’Afrique »

Edem Adjamagbo – CEO et Founder de Semoa Group

Dans une approche volontariste, celui qui porte l’ambition de permettre à la Diaspora africaine de garder le contact avec ses proches, s’est confié à Togo First.

Togo First (TF) : Pour ceux qui ne vous connaissent pas : qu’est-ce que c’est que Semoa Togo ?

Edem Adjamagbo (ED) : Semoa Togo est une startup qui crée et déploie des solutions à destination des particuliers et des entreprises en matière de paiement et d’accès à des services dématérialisés. Parmi les services que nous adressons aux particuliers et aux entreprises, nous développons actuellement CashPay : une plateforme de paiement pour la vente en ligne. Le client commande sur un site marchand ayant installé notre solution et paye en espèces dans un point relais équipé d’une borne automatique de paiement Semoa-Kiosk.

Semoa-Kiosk est un réseau de bornes automatiques de paiements que nous déployons au sein des points relais. Elles ont vocation à décentraliser un certain nombre de services pour lesquels, il faut encore faire de longues queues. Payer sa facture d’électricité par exemple.

Semoa Group, c’est cinq emplois créés entre 2017 et 2018 au Togo, douze de plus prévus en 2018 à Lomé et sept en France. Notre objectif affiché, c’est de devenir d’ici deux ans, le PayPal de l’Afrique.

Togo First : Comment vous est venue l’idée de lancer une fintech ?

ED : Lors d’un voyage en Ukraine, j’ai découvert que l’achat de crédit de communication s’y faisait depuis une borne et non, comme c’est le cas au Togo, en grattant des recharges téléphoniques en papier. A l’époque, j’étais en fin de parcours à Polytech Nantes pour devenir ingénieur en Informatique décisionnelle. Dès mon retour en France, je me suis donc inspiré de cette découverte et ai entamé le développement du site Semoa-Togo qui permet d’acheter et d’envoyer du crédit en ligne, donc sans avoir besoin de se déplacer. Au bout de quelques jours, nous avions nos premiers clients, principalement des personnes de la diaspora qui pouvaient enfin envoyer du crédit à leurs proches restés au pays.

Très vite, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait des opportunités uniques d’innovation en Afrique offertes par le mobile

Très vite, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait des opportunités uniques d’innovation en Afrique offertes par le mobile. Nous avons donc commencé à développer de nouvelles solutions notamment Cashpay, supporté par Semoa-Kiosks, notre solution qui permet aux populations africaines de payer des transactions en ligne, notamment auprès des e-commerces, avec leur moyen de paiement privilégié : le cash.

Togo First : Comment voyez-vous l’évolution des technologies financières en Afrique subsaharienne plus particulièrement au Togo ? Sommes-nous témoins d’une transformation imparable du secteur financier classique ?

ED : En Afrique, on assiste aujourd’hui à un véritable saut en avant dans le secteur de la finance. Le nombre de start-up augmente d’années en années, attirant de plus en plus les investissements étrangers. La plupart du temps, il s’agit d’innovations qui, en s’appuyant sur le mobile, répondent à des problématiques propres à l’Afrique et aux pays en développement. Avec la fintech, et notamment les solutions du type mobile money, on assiste à la proposition d’alternative aux méthodes traditionnelles qui n’ont pas su convaincre (la banque traditionnelle). Ainsi, par exemple le mobile banking et le mobile money offrent une solution aux 93% d’Africains ne possédant pas de carte bancaire.

Il est donc nécessaire de proposer des solutions qui font la part des choses entre le “tout numérique” et le “paiement en espèces”, un peu comme le fait Semoa avec Cashpay et les Semoa-Kiosks.

Néanmoins, il faut rester pragmatique et tenir compte du fait que, même dans des pays comme le Kenya, très avancé en la matière, les transactions en espèces représentent toujours plus de 90% du total comme le soulignait récemment Bob Collymore, le CEO de Safaricom, société mère de M-Pesa. Il est donc nécessaire de proposer des solutions qui font la part des choses entre le “tout numérique” et le “paiement en espèces”, un peu comme le fait Semoa avec Cashpay et les Semoa-Kiosks.

En tout cas, une chose est sûre, le numérique est aujourd’hui en Afrique la locomotive du changement et nos innovations font parler d’elles dans le monde entier du fait de leur extrême simplicité.

Togo First : Ce n’est certainement pas simple de monter une start-up. Avoir une bonne idée, c’est bien ; mais c’est autre chose de la mettre en œuvre. Après seulement trois années d’activités, vous décrochez le 25 janvier dernier à Casablanca, votre premier prix à l’internationale, la fameuse start-up of the year Africa ! Concrètement, qu’avez-vous fait pour en arriver là ?

ED : L’aventure Semoa a démarré en 2012 et ceux qui nous suivent depuis le début savent que tout n’a pas toujours été rose. Je dirai que notre force a été d’avoir pivoté lorsqu’il le fallait. En effet, une erreur que beaucoup d’entrepreneurs font est de vouloir imposer leur idée au marché. Très vite, nous avons compris qu’il faut avant tout  chercher à répondre aux besoins du marché avec des solutions innovantes certes, mais surtout innover en tenant compte du contexte socio-économique du marché, cela encore plus lorsqu’on entreprend en Afrique.

Au-delà de cette capacité à changer de proposition de valeur lorsque cela s’imposait, ce sont toutes les ressources humaines et plus spécifiquement la motivation et le sérieux des équipes Semoa à Lomé et à Nantes qui nous ont permis de remporter ce prix à Casablanca. C’est grâce à trois années de R&D (ndlr : Recherche et Développement), l’accompagnement de structures comme le Village Innovation du Crédit Agricole à Nantes, la confiance de nos clients et tous nos autres soutiens et partenaires qu’aujourd’hui, nous sommes en capacité de prétendre participer à la construction de l’Afrique à travers nos solutions.

Togo First : Semoa Togo est en train de déployer des bornes pour permettre aux populations de pouvoir payer en ligne avec du cash. Comment financez-vous tous ces chantiers ?

ED : Premièrement grâce à de la prestation de services. En effet, comme de nombreuses startups, nous avons vendu des services de développement web pour financer une partie des salaires.

Ensuite, nous avons fait un premier tour de table en novembre 2017, au terme duquel, six Business Angels nous ont permis d’avoir de la visibilité sur 2018.

En effet, comme de nombreuses startups, nous avons vendu des services de développement web pour financer une partie des salaires.

Néanmoins, cela ne suffira pas à couvrir toutes nos dépenses. Raison pour laquelle nous envisageons une campagne de crowdfunding, mais surtout préparons un second tour de table auprès des investisseurs d’ici la fin de l’année. L’objectif sera cette fois-ci d’1,3 million d’euros, de quoi financer le déploiement de 25 bornes Semoa en 2018 et d’une centaine de bornes entre 2019 et 2020 dans d’autres pays de la sous-région et surtout, de créer au total 25 emplois entre la France et le Togo.

Notre souhait est d’identifier et de proposer à des Business Angels de la diaspora d’investir, non pas dans un produit financier, mais dans une startup qui veut donner du sens à ses actions et ainsi contribuer au développement socio-économique de l’Afrique.

Togo First : Si vous devriez changer quelque chose dans tout ce qui a été fait, par quoi commenceriez-vous ?

ED : Je pense que la première chose à faire pour un entrepreneur c’est de sortir de sa zone de confort. C’est d’aller confronter ses idées auprès de ses pairs, de structures d’accompagnement qui permettront de faire mûrir le projet.

C’est quelque chose qui est arrivé très tard dans l’histoire de Semoa car c’est après trois ans de R&D que nous avons décidé d’intégrer l’accélérateur du Crédit Agricole à Nantes.

Donc si je devais relancer une nouvelle aventure, l’une des premières choses serait de m’entourer de gens convaincus par la pertinence du projet ; ne pas travailler seul et se faire accompagner.

Togo First : …Et si on vous donnait le pouvoir politique, que changeriez-vous?

 ED : Pour être franc, mon métier aujourd’hui, ce n’est pas de faire de la politique mais de l’opérationnel. Ma mission en tant que CEO c’est de développer l’activité de Semoa Group, de permettre la création d’emplois mais surtout de créer de la valeur ajoutée, de la richesse là où j’entreprends. Tout ceci en apportant une amélioration dans le quotidien de nos clients.

Par contre, si on me donnait un pouvoir financier, j’irais sur les sujets où, oui, il faut le dire, l’Etat est défaillant : la formation à une IT à forte valeur ajoutée, les services digitaux, le financement des plateformes logistiques pour favoriser le développement du e-commerce, le développement de la transformation locale des matières premières. Si j’ai fait le choix de conserver la fabrication de nos bornes à Lomé, c’est pour répondre à ces valeurs que nous portons chez Semoa : responsabilité sociale et sociétale.

Mais je pense surtout et avant tout, permettre à nos frères de la diaspora de contribuer à la construction de notre continent à travers le partage de connaissances via les centres de formation comme la Grande Ecole Numérique de l’Afrique et leur donner l’opportunité de travailler pour l’Afrique de demain. Même depuis leur pays de résidence. Car, je suis convaincu d’une chose, c’est avec la diaspora que l’Afrique se lèvera et sera le marché de demain.

Togo First : Que conseilleriez-vous à d’autres entrepreneurs qui souhaitent monter leur propre fintech ou entreprendre au Togo ?

ED : Think Out of the Box ! (Ndlr : Sortir des sentiers battus)

Depuis le plus jeune âge, à l’école on nous apprend à apprendre des chapitres par cœur puis à les réciter tels quels. Finalement sans vraiment comprendre les fondamentaux et la théorie subjacente. Ceci a pour effet d’enfermer les esprits dans une boite qui rend très difficile le dépassement de soi face à des difficultés.

Par exemple, aux débuts de Semoa Togo, nous avions besoin de nous connecter aux serveurs d’un opérateur téléphonique au Togo. Après une réunion avec le directeur technique, ce dernier nous a informés qu’il pouvait nous proposer une solution mais que pour cela, il faudrait débourser 700 millions de francs CFA. En tant qu’étudiant en 3eme année d’école d’ingénieur, je n’avais certainement pas cette somme à investir.

En analysant les systèmes de transferts de crédit existant auprès des revendeurs, je me suis dit qu’il n’y avait pas de raisons de ne pas pouvoir faire la même chose que ces derniers mais de façon automatique. Quitte à créer une machine qui va être capable d’appuyer automatiquement sur les touches d’un téléphone pour faire les transferts. Pourquoi pas ? Soyons fous.

Après quelques semaines, nous avons implémenté une solution beaucoup plus rationnelle qui nous permet de nous connecter aux systèmes de tous les opérateurs téléphoniques sans qu’ils aient à nous donner quelque accès que ce soit.

Moralité ? Primo, identifier clairement vos problématiques et vos priorités. Secundo, soyez fous et demandez l’impossible à vos collaborateurs (il y a toujours une solution). Tertio, persévérez !

Togo First : Quels sont vos prochains challenges avec Semoa? Pensez-vous implémenter d’autres produits ou avez-vous un plan d’expansion sur les pays de la sous-région ?

ED : Premièrement, prouver l’existence de notre modèle économique en déployant 25 bornes à Lomé. L’objectif sera de permettre à nos utilisateurs de pouvoir payer leurs factures d’eau, d’électricité, de téléphone 24h/24 et d’autres 7j/7 auprès de nos points relais partenaires.

Nous comptons également conquérir un nouveau pays par an et allons commencer par le Bénin voisin où nous travaillons déjà avec une start-up audacieuse : Odjala.com.

L’objectif est d’imposer CashPay comme étant la plateforme de paiement de l’Afrique.

Togo First : Outre Semoa Togo, menez-vous d’autres actions dans le sens de la disruption numérique au Togo ?

ED : Nous avons développé un service BtoB, Semoa-Pro qui s’adresse aux entreprises  et qui permet de payer les salaires de leurs collaborateurs directement sur leur mobile. En effet, de nombreuses entreprises embauchent des ouvriers qu’elles payent en espèces. Pour des sociétés de manutentions ou des usines, elles sont obligées de retirer très régulièrement des espèces à la banque puis ensuite aller payer les collaborateurs main à main. A travers notre plateforme, elles peuvent désormais intégrer les numéros de téléphone des collaborateurs et programmer leur paiement de façon sécurisée dans la plateforme.

Notre objectif est d’apporter des solutions innovantes et pertinentes à nos clients particuliers comme business dans une dynamique de Digitalisation du Cash.

Propos recueillis par Fiacre E. Kakpo

Source : togofirst.com

16 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *