Home / Au Féminin / Dima Eco : quand des Marocaines transforment les huiles usagées en savon

Dima Eco : quand des Marocaines transforment les huiles usagées en savon


 

Chaque année au Maroc, plus de 100 000 tonnes d’huiles neuves sont utilisées. Cela génère quelque 70000 tonnes d’huiles usagées qui risquent de se retrouver dans la nature. Dima Eco est un projet de coopérative qui fabrique un savon dégraisseur, destiné à la vaisselle et à la lessive, à partir de ces huiles usagées.

Avec un processus de production simple et non polluant, le projet permet de transformer ces huiles en savon dépourvu de produis chimiques, sans colorants, et 100% biodégradable. La prouesse réalisée par Dima Eco est de concevoir un projet viable qui allie écologie et commerce équitable.

Le choix d’opter pour une coopérative n’est pas anodin. Et pour cause, le projet est pensé comme une opportunité pour proposer une véritable activité génératrice de revenus à des personnes en situation précaire. Ainsi depuis son tout début, Dima Eco a été destiné à impliquer les femmes qui vivent dans les villages et les périphériques de la ville de Tanger.

Dima Eco a remporté le prix du meilleur projet dans le cadre de la caravane Startup Weekend Maroc en 2015. Pour convaincre, l’équipe du projet a notamment entrepris une série de tests en laboratoire afin de certifier la conformité de ses savons aux normes d’hygiène et de sécurité en vigueur. La solution a aussi convaincu parce qu’elle s’est basée sur un business model ad hoc.

Son produit final est économique, efficace, écologique, et équitable. Côté commercialisation, une enquête auprès des clients potentiels a permis de prouver l’attrait du produit: nombreux hôtels et restaurants ont fait savoir qu’ils étaient aussi bien prêts à fournir leurs huiles usagées qu’à acheter le savon produit par la coopérative.

À ce jour, Dima Eco a malheureusement rencontré plusieurs obstacles administratifs pour créer son modèle de coopérative. L’équipe n’a pas jeté l’éponge pour autant. Plusieurs séances de coaching ont été organisées au profit d’un groupe de femmes du petit village d’Ain Mechelaoua. Les bénéficiaires ont été formées aux techniques de fabrication et de commercialisation du produit. L’objectif de la formation était de les qualifier afin de leur permettre de maîtriser et de s’approprier l’activité, et à terme, de commercialiser le fruit de leur travail dans les marchés de la région du nord, notamment à Tanger et Assilah.

Le projet Dima Eco a tout pour se positionner comme un vrai vecteur de développement durable et humain dans la région de Tanger. Le concept peut aussi être facilement répliqué dans d’autres zones géographiques du pays. Pour ce faire, l’équipe doit encore lever les défis administratifs qu’elle rencontre afin d’officialiser le cadre de son activité : une coopérative utile, écologique et socialement engagée.

Source : http://marocenaction.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *