Home / Actu Monde / YOSS, la startup qui veut connecter freelances et grands groupes

YOSS, la startup qui veut connecter freelances et grands groupes


 

Alors qu’elle se prépare pour son lancement officiel, prévu le 7 février au Salon des Entrepreneurs, la startup YOSS dit avoir déjà plus de 1.000 connexions par jour sur sa plateforme et 200 à 300 nouveaux freelances inscrits par semaine.

La nouvelle plateforme se veut la première marketplace de mise en relation entre freelances et grands groupes du CAC 40, et compte bien surfer sur la montée en puissance du travail indépendant. Près de 3 millions de Français exercent désormais une activité professionnelle en indépendant, selon l’Insee. Un chiffre en hausse ces dernières années grâce au succès du régime auto-entrepreneur.

Lancée en version BETA il y a trois mois, la plateforme YOSS – pour Your Own Boss – a déjà convaincu plus de 2.000 freelances et 30 grandes entreprises.

Le nombre de sites permettant la rencontre entre indépendants et entreprises a certes fortement progressé ces dernières années, mais ils sont “souvent dédiés à un profil de professionnels (les développeurs, les designers…) et peu ont misé sur la relation avec les grands groupes”, constate Romain Trébuil, 32 ans, cofondateur, et ancien manager achats RH chez L’Oréal, où il fait le constat d’un recours croissant aux freelances. Mais, sa conviction, c’est que le suivi et la gestion administrative de ces indépendants peuvent clairement être optimisés.

Une impression confirmée par le baromètre réalisé fin 2017 par l’Emlyon business school et le HUB Institute pour YOSS auprès d’un échantillon de 1.355 freelances et 255 entreprises. Cette étude montre également que deux-tiers (64%) des freelances interrogés ont des difficultés à travailler avec les grands groupes, principalement en raison des lourdeurs administratives et des retards de paiement. D’où l’idée d’optimiser la relation grâce à YOSS, en garantissant notamment un paiement sous 72 heures.

La plateforme s’adresse à tous les profils de freelances : du coach au développeur en passant par l’expert du marketing digital. Et a vocation à accompagner la transformation du monde du travail en incluant à terme “des professionnels qui ne travaillent pas traditionnellement en indépendant mais qui pourraient l’être dans le futur comme : maître d’hôtel, agent d’assurance, responsable événementiel ou commercial”, relève Romain Trébuil, qui indique que la première mission validée sur YOSS a été avec un UX chatbot designer. “Beaucoup de groupes ont compris que les talents ne sont pas nécessairement en CDI”, se réjouit-on chez YOSS.

AU-DELÀ DES MISSIONS, UN ACCOMPAGNEMENT COMPLET DES FREELANCES

Le business model de YOSS veut également se différencier des autres plateformes en proposant un accompagnement à 360° des freelances, que ce soit en matière de formation, de mutuelle et d’assurance, de service juridique et comptable, mais aussi pour ouvrir un compte bancaire professionnel ou trouver un espace de travail.

“L’idée est d’apporter les mêmes avantages aux freelances qu’aux salariés. Aujourd’hui cette offre de services n’existe pas, ou elle est très difficilement accessible. Nous co-construisons des solutions avec des partenaires comme Harmonie Mutuelle pour des offres de mutuelles à partir de 15 euros par mois ; General Assembly, un acteur américain de la formation qui débarque en France et avec qui on a négocié une remise de 20 à 25% pour les utilisateurs de YOSS, etc”, détaille Guillaume Herrnberger, co-fondateur, et anciennement en charge des développements digitaux chez Adecco.

C’est d’ailleurs l’ex-directeur d’Adecco France, Philippe Martinez, qui a joué l’entremetteur entre lui et Romain Trébuil, qui réfléchissaient en 2016 chacun de leur côté à la même idée de plateforme. Les deux hommes se rencontrent pour la première fois fin 2016. Très vite, le projet YOSS est mis en route. Les deux hommes démissionnent pour se consacrer à 100% au développement de la plateforme, soutenu par The Adecco Group, et qu’ils co-créent avec des partenaires, en premier lieu Microsoft sur l’aspect technologique.

UN DÉVELOPPEMENT À L’INTERNATIONAL DÈS 2018

YOSS compte d’ailleurs aujourd’hui 20 développeurs Microsoft dans ses murs et autant de salariés qui travaillent sur les partenariats, le commercial, la communication, le produit… Et l’équipe devrait continuer à grandir ces prochains mois.

Les deux cofondateurs misent dès 2018 sur l’international, avec les Etats-Unis et les Pays-Bas. “Ces marchés sont très porteurs. De plus, les grands groupes ne connaissent pas les frontières et recherchent les talents où qu’ils soient”, assure Guillaume Herrnberger. Selon une étude du cabinet McKinsey, de fin 2016, 49 millions d’Européens et d’Américains ont déjà fait le choix de vivre de leur activité en indépendant(e).

 

Par Julia Lemarchand § start.lesechos.fr

En savoir plus sur https://start.lesechos.fr/entreprendre/actu-startup/yoss-la-startup-qui-veut-connecter-freelances-et-grands-groupes-10981.php?BjwGyQODerQMsVol.99


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *