Home / Agriculture / La PME briviste veut œuvrer pour la fabrication de fongicides plus propres

La PME briviste veut œuvrer pour la fabrication de fongicides plus propres


 

La PME briviste veut faire homologuer ses produits innovants à base d’eau de mer afin d’entrer dans la composition de fongicides plus propres.

La petite entreprise briviste Axioma poursuit son combat : celui de la substitution des produits phytosanitaires ou produits chimiques dans les cultures de toutes sortes par une solution à base d’eau de mer et d’extraits de plantes.

« En 2012, Axioma a été créée. En 2013-2014, nous avons compris comment fonctionnaient les produits. En 2015, on a consolidé l’activité. On est devenu rentable tout de suite. En 2016, on a lancé la levée de fonds. Grâce à elle, nous avons pu mener des études scientifiques plus poussées et embaucher quatre personnes en 2017. » L’année 2018 sera elle aussi charnière pour Axioma.

La nouvelle cible de la PME : les fongicides, ces produits chimiques qui permettent de lutter contre les champignons.

 

La PME briviste veut œuvrer pour la fabrication de fongicides plus propres

Des tests concluants ont été menés sur des cultures de poireaux qui sont souvent atteintes par la rouille qui est un champignon. Les agriculteurs utilisent donc des fongicides pour l’éliminer. © photo d’illustration

« En partenariat avec une importante coopérative, nous avons démontré comment augmenter les rendements tout en produisant moins cher ». L’équation idéale en somme. Des tests en conditions réelles, c’est-à-dire en plein champ, ont été menés sur des cultures de poireaux, une production très touchée par la rouille. « Les résultats ont été plus que probants, affirme Anthony Bugeat. Seules des traces de rouille ont été relevées sur les poireaux et on a pu constater une hausse de 4 % des lots commercialisables. » D’autres tests ont aussi été menés sur quatre vignobles du Bordelais. Ils vont d’ailleurs se poursuivre pour une deuxième année consécutive.

Pour cela, un important projet de recherche pourrait être lancé par Axioma dans le courant de l’année. « Il faudrait que nous investissions près de 3,5 millions d’euros pour le réaliser mais l’Ademe pourrait en financer une partie à hauteur de 45 % ». Axioma a jusqu’au 3 mars pour déposer son dossier. « Nous espérons une réponse avant l’été. »

Projets d’embauchesSi la PME corrézienne parvient à financer ce projet de recherche et à faire homologuer ses produits, elle pourrait franchir une nouvelle étape. « Nous aurons besoin d’embaucher 10 à 12 personnes si ça marche », envisage Anthony Bugeat. En 2017, le directeur a notamment enrichi son équipe d’un docteur en biologie moléculaire et cellulaire, d’un directeur chargé du développement commercial. Ainsi Axioma poursuit sa croissance et son combat contre les intrants chimiques.

Source : Lamontagne.fr

Articles sur le même thème :

Un fongicide à base d’algues vertes | Espace des sciences

https://www.espace-sciences.org/sciences-ouest/…/un-fongicide-a-base-d-algues-vertes

La société Olmix a lancé le 15 février Morgane, un projet de méthanisation d’algues vertes, de déchets animaux et végétaux. La construction de la première usine, à Ploërmel (56), commencera bientôt. Elle permettra à Olmix de développer un nouveau fongicide, à partir des éléments minéraux résidus de la méthanisation, …

Une société bordelaise découvre une algue bio-pesticide prometteuse …

https://www.sciencesetavenir.fr/…/une-societe-bordelaise-decouvre-une-algue-bio-pest…

18 sept. 2016 – La société ImmunRise, qui a son siège et son activité recherche à l’Institut de biologie de l’Ecole normale supérieure à Paris, où travaille son co-fondateur Lionel Navarro, a identifié en septembre 2015 cette micro-algue à l’effet fongicide. Malgré un brevet déposé en juin 2016, elle conserve jalousement le …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *