Home / Actu Monde / Events / EDF récompense trois startups africaines

EDF récompense trois startups africaines


 La Tribune Afrique / Par Khadim Mbaye  |  
L’Afrique est-elle devenue l’Eldorado pour les startups ? Si les jeunes pousses africaines sont encore confrontées aux difficultés de financement, elles restent néanmoins nombreuses à rivaliser de créativité. Pour accompagner ce dynamisme économique et entrepreneurial en Afrique, le groupe EDF récompense les startups les plus innovantes à travers les prix EDF pulse Africa.
(Crédits : EDF)
Lancé pour la première fois en Afrique au mois d’août dernier, quatre ans après avoir été initié en France, au Royaume-Uni et en Italie, les prix EDF pulse Africa ont récompensé, le 19 décembre à Paris, trois lauréats africains distingués, parmi les 97 entreprises candidates à la première édition, dans la production électrique off-grid, les usages et services d’électricité, ainsi que l’accès à l’eau grâce à l’électricité. «Ces trois startsups, porteuses de projets d’avenir, vont participer activement au développement énergétique du Continent»,comme l’indique dans un communiqué de presse, le groupe français. Le premier prix a été décerné à Majik Water, un projet porté par l’entrepreneuse kényane Beth Koigi. Majik Water développe des générateurs d’eau atmosphériques alimentés par des panneaux solaires pour transformer l’humidité de l’air en eau.

Des prix allant jusqu’à 15 000 euros

«L’accès à l’eau potable est l’un des plus gros défis du Continent. Notre solution contribue à empêcher la propagation de certaines maladies et à sauver des vies. EDF Pulse Africa nous donne l’opportunité de traverser les frontières et de développer notre projet en Afrique francophone. Nous sommes trois femmes à porter ce projet. L’entrepreneuriat féminin en Afrique doit être encouragé», déclare l’entrepreneuse Beth Koigi.

Le deuxième prix été remporté par la startup ivoirienne Lono. La jeune pousse transforme les déchets organiques en biogaz pour le combustible de cuisson et en biométhane pour la production d’électricité. Selon Louise Bijleveld, co-fondatrice de Lono, «les déchets organiques sont une inépuisable source d’énergie encore trop négligée en Afrique».

Quant au dernier et troisième prix, il revient au Camerounais Yann Nkengue. Avec son entreprise Eduair, Nkengue commercialise des boxes numériques donnant accès à tout type de contenu digital sans connexion Internet. Les boîtiers sont connectés et alimentés 24h/24h et favorisent la réduction de la fracture numérique.

Les trois lauréats ont remporté des dotations allant de 5 000 euros à 15 000 euros, ainsi qu’un accompagnement facilitant un accès à l’écosystème innovation d’EDF et aux institutions financières françaises ou internationales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *