Home / Actu Afrique / BAYSEDDO : Une plateforme numérique pour relancer l’agriculture au Sénégal

BAYSEDDO : Une plateforme numérique pour relancer l’agriculture au Sénégal


En 2016, Mamadou Sall, en collaboration avec Thierno Souleymane et d’autres jeunes Sénégalais, a fondé Bayseddo, une plateforme de mise en relation entre agriculteurs et investisseurs du Sénégal pour optimiser l’agriculture via le numérique. Les premiers résultats de la start-up, grande gagnante de la compétition Pitch Agrihack 2017 du CTA, sont déjà perceptibles.

Mamadou Sall, entrepreneur sénégalais de 29 ans, a décidé de créer le programme Bayseddo à l’automne 2016, lors d’un trajet entre Paris et Le Havre. “Je devais participer au Forum de l’économie positive. Sur la route, j’ai vu tous ces champs exploités, à perte de vue, tous ces gens qui habitaient en face de leur champ. Quand j’ai fait le chemin entre Dakar et Saint-Louis quelques semaines plus tard, c’était l’inverse” expose-t-il. L’ambition de Bayseddo est aussi simple que prometteuse : être “une plateforme qui pourrait connecter deux mondes”, celui des agriculteurs et celui des investisseurs de tous bords.

“En Afrique, on retrouve de nombreuses terres cultivables inexploitées, notamment parce que les agriculteurs propriétaires des terres n’ont pas les moyens. De l’autre côté, il y a des agents économiques, des particuliers, des Africains de la diaspora, qui veulent investir dans leur pays d’origine en matière d’agriculture mais n’ont pas de terres, précise Mamadou Sall. En effet, 75% des agriculteurs sénégalais peinent à trouver des investissements et 30% des terres agricoles sont inexploitées alors que 60% des investisseurs souhaiteraient s’engager dans le secteur agricole.”

Moderniser grâce à l’outil informatique

“Avec Bayseddo, nous avons essayé de moderniser une pratique ancestrale et traditionnelle de l’agriculture pour lui donne plus d’ampleur, notamment grâce à l’outil informatique”, poursuit l’entrepreneur de 28 ans. Dans un contexte favorable aux nouvelles technologies grâce au programme gouvernemental Sénégal Numérique 2025 la démarche de cette sorte de “bourse agricole” porte déjà ses fruits.

Depuis son lancement en 2017 via Bio-Agripôles, Bayseddo, a acté quatre partenariats agricoles entre les villes de Saint-Louis et de Richard-Toll, au Sénégal, exploitant 18 hectares, générant 76 millions de francs CFA (un peu plus de 115 000€) et créant 20 emplois. Dans ces exploitations, des oignons, des poivrons, des aubergines et des pastèques seront produits, 5000 poulets élevés. “La plupart des agriculteurs sont gagnants dans cette démarche parce qu’on ne vient pas acheter les terres, mais les investisseurs les soutiennent en créant des partenariats. Nous envisageons aussi de lancer en avril 2018 un programme qui permettra aux entreprises d’investir dans la vie locale et s’engagent dans un cadre de responsabilité civile et sociale pour notre pays” assure Mamadou Sall. L’ambition est ensuite de lever des fonds afin d’optimiser le développement de l’initiative au Sénégal pour plus tard, se développer en Afrique de l’Ouest.”

Agriculture de précision et autres méthodes

Pour favoriser ce développement, le CTA a apporté son soutien à Bayseddo. Lors du Pitch Agrihack West Africa 2017, en Côte d’Ivoire, la plateforme de Mamadou Sall est repartie avec le premier prix. Une victoire assortie d’une dotation de 15 000 € et de diverses opportunités de renforcement de capacité et de réseautage. Mais l’argent est bien moins important que le savoir engrangé, à écouter l’entrepreneur sénégalais. “Les rencontres Pitch AgriHack, et Agri Start-up Summit, un forum internatonal auquel nous avons aussi participé avec l’appui du CTA, ont permis à Bayseddo d’avoir de bons contacts, de faire du bon réseautage, de rencontrer de nombreux autres entrepreneurs du monde de l’agriculture et du numérique.”

“Bayseddo a retenu l’attention du jury de Pitch AgriHack et de divers autres acteurs, non seulement grâce à la qualité du pitch qui a été fait durant la compétition, mais surtout grâce au caractère innovant et au sérieux du projet” affirme Ken Lohento, Coordonnateur de Programme du CTA en charge de Pitch AgriHack, “Les jeunes entrepreneurs menant l’initiative sont fortement motivés et ils favorisent déjà à l’accroissement de revenus pour les paysans, les propriétaires de terres agricoles et les investisseurs qui leur font confiance.

La mise en relation et l’exposition médiatique ont également permis à Bayseddo de faire grandir le projet. Depuis Pitch Agrihack, “84 investisseurs se sont manifestés, pour 12 hectares supplémentaires de lancés”, soit 75% des surfaces planifiées actuellement. Les évènements du CTA offrent également aux entrepreneurs africains une initiation à d’autres nouvelles technologies. “Nous avons par exemple vu à quoi ressemble des fermes modèles ; la technologie agricole est différente d’un pays à l’autre”, explique Sall. “Au Sénégal, nous en sommes au début mais nous avons aussi vu l’agriculture de précision, et comment elle permet l’optimisation des cultures avec des drones, etc. C’était une expérience considérable pour l’avenir de Bayseddo.”

cta.int –  23 Avril 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *