Selon un communiqué publié lundi dernier par la Banque Centrale, Ils ont considéré, lors de cette réunion, que “l’encouragement du paiement électronique passe inéluctablement, par des mesures fiscales et un renforcement de la collaboration avec tous les intervenants en la matière. Ils ont, par ailleurs, fait part de leur “impatience” quant à la publication des textes d’application du “start-up act “, notamment en matière de change”.

Plus d’assouplissements de la règlementation des changes concernant leurs activités à l’international constitue, également, l’une des revendications des professionnels du secteur.

Pour sa part, le gouverneur de la BCT a affirmé que l’institut d’émission ” continuera à déployer les moyens favorisant l’évolution du numérique dans la sphère bancaire, notamment en matière de paiement ; étant convaincu de la nécessité du changement du ” Business Model ” en la matière. Il reste, toutefois, vigilant et éveillé à l’égard de certains dangers “.

Concernant la maitrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le Gouverneur a affirmé que l’organisation par la BCT au cours de la première quinzaine du mois de mai 2018, en collaboration avec ” Paris Europlace ” de l’” Africa Blockchain Summit “, est un signal fort de l’engagement de l’Institut d’Emission dans cette voie.

Il a ajouté que la récente création par la BCT d’un laboratoire dédié au ” Blockchain”, constitue une opportunité de développement d’une connaissance partagée avec l’écosystème pour maitriser davantage les nouvelles technologies.

Il a, en outre, promis d’associer les professionnels des TIC lors de l’élaboration des textes réglementaires touchant leurs activités.

L’UTICA a pour sa part, précisé que “la réunion entre le gouverneur de la BCT et la Fédération du numérique a porté sur des sujets importants concernant le développement du numérique dans le secteur financier et bancaire tunisien, notamment le decashing par la globalisation et la détaxation des paiements électroniques et le mobile paiement, la mise en application des prérogatives de la nouvelle loi Startup Act pour les transactions financières internationales, l’openbanking et la mise en place des normes et directives DSP2 (directive européenne sur les services de paiement 2ème version), les soumissions en devises pour les Appels d’Offres publics et le plan de la BCT pour le Blockchain”.

Webmanager –