Home / High Tech / Pup Scan, future star des scanners de poche

Pup Scan, future star des scanners de poche


7Next va pouvoir attaquer la prochaine ligne droite. Deux ans après avoir imaginé un scanner de poche connecté, la start-up intégrée au programme d’incubation de Station F va livrer ses premières unités ce mois-ci.

A l’origine de ce produit, Renaud Pelissier, un ingénieur musicien et chanteur d’opéra qui ne trouvait pas de solution satisfaisante pour transformer facilement ses partitions en fichier PDF. Il a conçu avec une petite équipe d’ingénieurs un scanner intégrant une technologie laser et optique qui tient dans la main. D’un clic, il peut ensuite envoyer le fichier (facture, contrats, photo, ordonnance…) par email, via dropbox, ou l’archiver dans le cloud. Il est également possible de créer un scénario pour envoyer directement les fichiers aux personnes que l’on veut, où les intégrer dans des applications tierces comme dans Word ou Excel par exemple.

Résultat de recherche d'images pour "pup scan"
Le Pup Scan, mini scanner de poche conçue par 7Next, se revendique comme le plus rapide au monde.

Le produit conçu par la start-up 7Next vient

Succès au Japon, démarrage en Corée

La promesse a déjà rencontré son public. Plusieurs  campagnes de financement participatif ont permis de rassembler un peu plus de 2 millions de dollars, soit l’équivalent de 10.000 unités. « Nous avions réalisé une première campagne sur Indiegogo grâce à laquelle nous avions bouclé 1,2 million de dollars, raconte Noémie Pommier, directrice marketing de 7Next. Nous nous sommes rendus compte qu’un certain nombre d’acheteurs venaient du Japon, nous avons alors lancé une campagne sur Motion Gallery, une plateforme analogue à celle d’Indiegogo, mais dédiée aux japonais, avec laquelle nous avons rassemblé 740.000 dollars. » La mécanique est  facile à répliquer , et l’équipe de 7next vient de lancer une prévente similaire en Corée. Dans chaque pays où la start-up s’installe, elle reproduit désormais un parcours bien rôdé, incluant le financement participatif, mais aussi de la publicité sur Google et de la communication via Facebook.

Evolution vers le BtoB

Prochain développement à venir, commercial cette fois, avec le BtoB. « Nous rencontrons beaucoup d’entreprises qui sont intéressées par notre produit, avoue Noémie Pommier. Nous n’avons pas encore contractualisé, mais cela va très prochainement aboutir. » A la clé, une accélération des commandes, que la start-up anticipe avec une fabrication à Shenzhen, mais surtout la création de services supplémentaires à destination des professionnels.

business.lesechos.fr – GUILLAUME BREGERAS – 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *