Home / Innovations / Idées à creuser / Cinq startups qui bouleversent l’achat de véhicules d’occasion

Cinq startups qui bouleversent l’achat de véhicules d’occasion


En 2015, près de 5,6 millions de véhicules d’occasion ont été vendus en France. Un niveau historique avec deux tiers de transactions entre particuliers. Rien d’étonnant donc à voir des startups se positionner sur ce secteur pour tenter de sécuriser le processus d’achat et de vente. Focus sur cinq startups qui créent les transactions automobiles de demain !

En mai 2017, Emmanuel Barbe a envoyé une lettre recommandée à plus de mille automobilistes qui ont acheté un véhicule d’occasion en région parisienne. Dans cette lettre, le délégué interministériel à la Sécurité routière, encourageait les propriétaires de véhicule, achetés d’occasion après un rapport d’expertise nul, à effectuer en urgence une expertise pour vérifier l’état de fonctionnement du véhicule. Depuis 2015, on estime à près de 5000 le nombre d’épaves roulantes qui auraient été remises en circulation avec parfois des conséquences dramatiques. En janvier 2014, un jeune homme de 22 ans, passager d’une Clio sportive, avait trouvé la mort sur une route nationale. La voiture, achetée quelques jours avant l’accident dans un garage des Hauts-de-Seine, était en fait un « véhicule gravement endommagé » remis frauduleusement en circulation. Si l’on ajoute à cela la liste des fraudes commises par les vendeurs et le taux d’infraction en constante hausse depuis 2013 (47,1% en 2015), les startups ont beaucoup de travail.

Depopass, le paiement sans stress pour l’achat/vente occasion

La startup créée en juin 2015, avait pour but de sécuriser, de faciliter et de rendre plus flexibles et rapides les transactions automobiles et paiements de biens de valeur entre particuliers. Le principe est simple : Depopass vérifie l’identité de l’acheteur et du vendeur. L’acheteur effectue un virement classique à Depopass, qui va sécuriser les fonds. Le vendeur vérifie le code remis par l’acheteur en l’envoyant à Depopass par SMS. La validation du code est instantanée, le vendeur est payé et informé de façon simultanée. Le service est gratuit pour l’acheteur, le vendeur quant à lui ne paye que si la vente est réalisée, un forfait de 29€. Le succès très rapide qu’a connu la startup a attiré les convoitises de grands groupes bancaires. Moins d’un an après sa création, le groupe BPCE a racheté la startup.

Reezocar, la révolution LOA dans l’occasion

Très connue pour son modèle de vérification et de livraison après achat, ce qui favorise les achats en dehors de l’hexagone, la startup Reezocar était la seule à avoir imaginé le concept de financement par LOA dans l’occasion. L’idée est de payer l’usage et non pas la propriété. La startup peut donc annoncer plusieurs centaines de transactions par mois. Pourtant, un nouveau concurrent pour la startup montre les dents. Le nouveau site, Zanzicar, lancé par le groupe Parot, tente de dupliquer le modèle. «  À l’heure où la notion de propriété est de moins en moins privilégiée par les clients, il nous a semblé important d’apporter des réponses alternatives de mobilité non pas dans le neuf, mais dans le véhicule d’occasion, » explique Alexandre Parot, dirigeant du groupe spécialisé dans la diffusion automobile.

SI LE NUMÉRIQUE SIMPLIFIE LES PROCESSUS ET LA RECHERCHE DANS LE MONDE DU VÉHICULE D’OCCASION, IL EST ENCORE DIFFICILE DE SE PASSER DE L’HUMAIN.

Horizon Drive, du physique au digital

Avec le lancement d’Horizon Drive, l’achat d’un nouveau véhicule d’occasion devient encore plus simple, agréable et rapide. Il suffit de se connecter sur le site et de choisir la voiture de ses rêves, s’en suit un rendez-vous en vidéo live avec un conseiller commercial Horizon Drive pour découvrir le futur achat. À chaque étape de la vente, les conseillers commerciaux Horizon Drive dispensent des informations ainsi que de bons conseils et proposent un parcours personnalisé jusqu’à la finalisation du projet. Ce service est un spin off du concessionnaire Horizon, qui souhaite démontrer qu’avec une réelle volonté d’innovation, les acteurs historiques peuvent participer à cette transformation du secteur.   

Effycar, la certitude de vendre son véhicule d’occasion

La startup ne cible que les modèles « premium » car son modèle repose sur la vente rapide. Après vérification et mise en vente, la startup s’engage à vendre votre véhicule en moins de 30 jours. Si au bout de 30 jours, EffyCar n’a trouvé aucun acheteur, la startup rachète elle-même le véhicule au prix estimé. Pas d’agences, pas de stocks, pas de showroom ni de vendeurs : c’est grâce à cette transparence qu’EffyCar parvient à proposer le meilleur prix. Côté acheteur, si pour n’importe quelle raison vous ne voulez plus e la voiture, EffyCar vient la reprendre et vous rembourse intégralement.

MonSpecialisteAuto, l’accompagnateur pour l’achat d’un véhicule d’occasion

MonSpecialisteAuto est la première plateforme en France mettant en relation des particuliers souhaitant acheter une voiture d’occasion et des spécialistes, mécaniciens de profession. Les spécialistes vous accompagnent pendant le RDV avec le vendeur et vérifient l’état du véhicule. Vous recevez instantanément un rapport d’inspection détaillé et infalsifiable par e-mail, après l’inspection. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, les spécialistes analysent le véhicule pour vous. À la fin du RDV, les spécialistes restent pour vous conseiller sur l’achat du véhicule et le juste prix du marché. Rassurant.

Si le marché reste très porteur, certaines startups qui ont essayé de révolutionner le secteur se sont cassé les dents face aux habitudes des consommateurs. C’est le cas de Beepi, la startup garantissait un prix de reprise supérieur, une vérification poussée, un prix de vente non négociable et un essai de 10 jours après l’achat. Après avoir levé près de 200 millions de dollars, la startup a fait face à une pénurie de véhicules, les vendeurs préférant s’adresser aux vendeurs physiques. Ajoutez à cela des marges très faibles et la startup est en grande difficulté. Elle vient de fusionner avec fair.com, une plate-forme de vente de véhicules en ligne lancée par l’ancien PDG de TrueCar et d’autres vétérans de l’industrie automobile. Si le numérique simplifie les processus et la recherche dans le monde du véhicule d’occasion, il est encore difficile de se passer de l’humain.

1001startups, article partenaire d’Horizon Drive


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *