Home / High Tech / Infotech / Impression papier et univers digital sont-ls compatibles ?

Impression papier et univers digital sont-ls compatibles ?


Oh, j’ai perdu mon nom ! a fait l’unanimité. Source : Wonderbly

Le concept Wonderbly s’appuie d’abord sur un constat universel. En effet, si les encyclopédies et dictionnaires n’ont plus le vent en poupe, le livre de jeunesse se porte de son côté à merveille. Le groupe a par conséquent décidé de concentrer tous ses efforts sur ce segment à fort potentiel. Voici, en vidéo, une belle illustration des produits proposés par la firme anglaise :

Pour redonner le goût de la lecture à nos petits anges blonds qui apprécient peu les bouquins prescrits par l’école, il s’agit d’offrir des « livres personnalisés pour enfants ». Ceux-ci s’adressent à un public âgé de sept ans maximum.

La recette Wonderbly consiste à mêler les nouvelles technologies à un livre classique doté d’illustrations dignes de ce nom. Certaines sont carrément issues de vues aériennes du quartier des clients. Il s’agit aussi de tabler sur la mondialisation, avec une présence dans plusieurs pays.

Des algorithmes sophistiqués permettent d’adapter à son lecteur l’histoire de base. Tout d’abord, rendez-vous sur le portail numérique de Wonderbly. Puis prénom, date d’anniversaire et quelques autres informations vont se combiner pour donner vie à une histoire unique et sur mesure. De quoi captiver les tout-petits !

Le tarif unitaire est légèrement supérieur à 25 € pour la France. C’est donc tout à fait abordable !

Wonderbly entend bien rester à la page

Ayant été fondée en Angleterre, il n’est guère étonnant que la start-up ait pris un nom 100 % anglais. Wonderbly est un mot-valise associant wonderful et impossibly. Soit « incroyable » et « merveilleux », histoire de repousser toujours plus loin les limites du prodigieux.

C’est en 2012 que l’entreprise a vu le jour, sous la forme d’une public limited company. Son siège social a été fixé à Londres. Pour l’instant, malgré le vote du Brexit, aucun transfert n’a été annoncé.

Ce sont quatre entrepreneurs qui ont lancé l’aventure, dont l’écrivain David Cadji-Newby, à la notoriété certaine en Grande-Bretagne. Son PDG actuel est Asi Sharabi.

Un univers merveilleux qui touche les jeunes lecteurs. Source : Wonderbly

Après des expériences réussies au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada et en Allemagne, Wonderbly s’est timidement attaqué au marché français dès 2014. L’essai fut fructueux. Trois ans plus tard, la start-up met les bouchées doubles, avec deux nouveautés pour la fin 2017.

Le voleur d’anniversaires et Chez moi quelque part dans la galaxie comptent donc parmi les trois titres francophones actuellement disponibles. À un niveau planétaire, il existe sept ouvrages types différents.

Le créneau occupé est en forte croissance : en une année, le CA de Wonderbly a enregistré une augmentation de 294 %. Il a en effet atteint les 26 millions, en grande partie grâce au best-seller Lost My Name.

Ses principaux actionnaires sont The Chernin Group, Allen & Co, Project A, Ravensburger et Google Ventures. Au mois d’août 2017, 8,5 millions d’euros ont été levés. De quoi doper la communication de Wonderbly sur les médias sociaux, sans oublier la consolidation du secteur R&D.

14 décembre 2017, par Philippe de Lacvivier
Site web : www.wonderbly.com
Source :

Les Échos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *