Home / High Tech / Intelligence Artificielle - IoT /  Dracula Technologies transforme la lumière en énergie

 Dracula Technologies transforme la lumière en énergie


Par L’USINE DIGITALE

PUBLIÉ LE 

Rendre autonomes les objets connectés, voilà l’ambition de Dracula Technologies. La start-up de Valence (Drôme), récompensée lors du concours international Hello Tomorrow en octobre, a développé une encre à base de polymères conducteurs, garantie sans silicium. La superposition des couches de cette encre forme un dispositif photovoltaïque, baptisé Layer, capable de capter les lumières naturelle et artificielle et de les transformer en énergie. L’encre s’imprime sur un film plastique avec un système DOD (goutte à la demande), utilisé par les imprimantes classiques. « Le dispositif est adapté aux textures souples et aux petites surfaces, il peut prendre la forme souhaitée par le client, par exemple son logo« , précise Brice Cruchon, le PDG de Dracula Technologies. La start-up a déjà prouvé l’efficacité de son innovation, notamment avec un dispositif fixé sur un sac à dos qui alimente une raquette connectée de la marque Babolat. L’entreprise vise deux marchés porteurs : l’industrie, qui s’équipe de plus en plus de capteurs, et le luxe.

L’histoire de Dracula Technologies commence en 2011. Les fondateurs, Brice Cruchon et Pascal Pierron, font alors partie du projet SolarJet, porté par les pouvoirs publics, le CEA, la PME Ardeje et Hutchinson. Le but de SolarJet est de développer des cellules photovoltaïques imprimables sur des textures souples. Quand le projet prend fin, les deux hommes décident de poursuivre l’aventure et fondent Dracula Technologies. La jeune pousse produit déjà des préséries et prévoit l’industrialisation de sa technologie pour 2019. Elle prépare une levée de fonds de 4 millions d’euros pour réaliser cet objectif, après avoir levé 1,8 million d’euros en 2017. Dracula Technologies vise 1 million d’euros de chiffre d’affaires en 2018, contre 350 000 euros aujourd’hui.

Marine Protais

L’innovation

La start-up a déposé un brevet pour  son processus d’impression : un système « drop on demand » (goutte à la demande), habituellement utilisé pour les imprimantes classiques, qui a été adapté à une encre fonctionnelle. L’innovation réside également dans la formulation de l’encre.

 

L’opportunité

Le marché des objets connectés devrait représenter près de 3 000 milliards de dollars d’ici à 2020, selon le cabinet Gartner. Soit de nombreux clients potentiels pour Dracula Technologies.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *