Home / High Tech / Fintech / CIOMag / Cédric Atangana, WeCashUp : « Se présenter seul devant des investisseurs, c’est un très mauvais signal »

CIOMag / Cédric Atangana, WeCashUp : « Se présenter seul devant des investisseurs, c’est un très mauvais signal »


 

Un des défis principaux auxquels les startups sont confrontées concerne l’accès aux capitaux. Le constat vaut également pour Infinity Space. Startup qui développe WeCashUp : une passerelle de paiement universel qui permet d’accepter tous les paiements à travers une intégration unique.  En pleine levée de fonds, Cédric Atangana, jeune entrepreneur camerounais, co-fondateur et CEO d’Infinity Space, a accepté d’échanger avec CIO Mag sur les problématiques d’investissement dans les startups africaines.

Propos recueillis à Abidjan par Anselme AKEKO

CIO Mag : Quel sens donnez-vous à votre participation au 6e Forum des affaires UE-Afrique ?

Cédric Atagana : Ma participation est un immense honneur. Je rêvais de venir en Côte d’Ivoire qui est un modèle pour moi, un pays extrêmement dynamique, qui m’inspire. Venir ici pour sentir cette chaleur était très importante. Ce forum nous donne l’opportunité de rassembler les talents africains et les talents européens qui se mettent ensemble pour travailler sur des problématiques communes.

De l’expérience qui est la vôtre, le financement des startups en Afrique, est-ce un mythe ou une réalité ?

Ça reste quand même un mythe parce que lever des fonds, c’est quelque chose d’assez compliqué. Cependant, les blocages sont des deux côtés. On a toujours l’impression que les gens ne veulent pas investir en Afrique. Alors que  généralement, nous entrepreneurs, nous n’avons pas toutes les compétences qu’il faut avant de monter un projet. Mais voilà, on se retrouve du jour au lendemain à parler aux investisseurs. Pourtant, il y a des prérequis.

« SEUL, UN INVESTISSEUR NE PEUT INVESTIR DANS UN AUTRE PAYS »

Il faut que les entrepreneurs travaillent d’abord sur eux-mêmes ; qu’ils acquièrent les compétences techniques, financières, marketing qu’il faut pour monter un business. En plus, un entrepreneur seul ne peut pas réussir. Il ne peut pas lever des fonds. C’est quasiment impossible. Quand on se présente seul devant des investisseurs, c’est un très mauvais signal. Il faut savoir s’entourer des personnes qui ont des compétences qui viendront compléter les vôtres. C’est l’une des raisons pour lesquelles, les investisseurs, qu’ils soient étrangers ou locaux, n’investissent pas dans les startups locales. Parce que les startups, généralement, ne savent pas présenter leurs projets. Et ce sont des problématiques qui font que le taux d’investissement reste encore limité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *